Silence, on développe (Jean-Marie ADIAFFI ADÉ) et la question de l’interdiscursivité

Youssouf DIAWARA

Abstract


Le langage de Jean-Marie ADIAFFI ADÉ[1], dans Silence, on développe, relève d’une sémiotique connotative. Elle est agencée de telle sorte que la signification compositionnelle[2]  (fondée sur le principe d’attirance) sert de régime oblique à une autre. Ainsi, en filigrane, sous la narration se lit un autre texte. C’est un processus qui confère une dimension palimpsestuelle à son œuvre, celle-ci se sustentant allègrement des mamelles de la philosophie occidentale.Aussi cette étude se propose-t-elle de montrer comment se révèle, à travers la mise en relation interdiscursive, la visée politique, sociale et psychologique de l’écriture de Adiaffi.


[1] Désormais Adiaffi.

[2] La signification compositionnelle résulte de la façon dont les significations des différents mots se combinent entre elles pour livrer la signification des phrases.


Keywords


Re-énonciation, Référence, Régime oblique, Renvoi allusif, Pléonasme, Tautologie, Anaphore grammaticale.

Full Text:

PDF

Refbacks

  • There are currently no refbacks.